Accueil PCA » Médiathèque » Actualité »
30 janvier 2013

DNA_Le retour de Céline Distel-Bonnet

Elle aurait pu tout arrêter. Elle a tout changé. Avec un nouvel entraîneur, Céline Distel-Bonnet dit revivre à l’athlétisme, au point de parler de « seconde carrière ». Tout en partant dans l’inconnue, elle ne se fixe aucune limite.

Céline Distel quitte le stade du lac de Maine en larmes. Nous sommes le 17 juin. Au sortir d’un printemps des plus poussifs, elle vient de finir bonne dernière de la finale du 200 m des championnats de France à Angers, au lendemain d’une élimination en séries sur 100 m (10”52, son meilleur chrono de 2012, ce qui en dit long).

Désemparée, elle ne sait plus où elle en est, ni à quel saint se vouer pour sortir de cette spirale négative. La date limite de qualification pour les JO étant fixée au 6 juillet, elle s’alignera encore aux meetings de Colmar, puis d’Amiens, mais le cœur, le corps et la tête n’y sont plus.

« J’en avais ras-le-bol de l’athlé »

Aujourd’hui, elle le reconnaît : « J’en avais ras-le-bol de l’athlé. J’avais besoin d’une autre vision de l’athlé. Avec Pascal (NDLR : Lacombe, son entraîneur depuis six ans au pôle espoir du CREPS, à Strasbourg), on avait fait le tour de la question. »

La sprinteuse du Pays Colmar Athlétisme s’est soumise à une indispensable remise en question, menant loin la réflexion.

« J’ai beaucoup travaillé sur moi-même pour comprendre ce qui s’est passé. Il s’agissait d’une fatigue mentale qui s’est transformée en fatigue physique. Et les blessures qui se sont enchaînées étaient plus mentales que physiques. Il s’agissait d’un mal plus profond qu’un simple problème de motivation. »

La conclusion ? Radicale. « Soit j’arrêtais, soit je changeais quelque chose. » Va pour la seconde option. Et comme un symbole, Céline Distel a aussi connu un changement important dans sa vie privée. Elle s’est mariée durant l’été avec Christophe Bonnet, athlète et sprinter lui aussi, remplaçant du relais 4X100 m aux JO de Pékin en 2008, record personnel sur 100 m, 10”43.

Entraîneur à distance

Pointes au pied, Céline devenue Distel-Bonnet a jeté son dévolu sur Dimitri Démonière. Le Martiniquais, 5 e des championnats de France sur 100 m en 2006, sa meilleure année (10”27), a surtout travaillé avec elle par le passé à l’INSEP.

Comment fonctionne le nouvel attelage, à distance ? « Avec les moyens d’aujourd’hui, les portables, les vidéos, c’est plus simple. Il me fait parvenir les plans d’entraînement. Une fois par mois, il vient à Strasbourg et je me rends à Paris pour travailler avec son groupe. »

Salariée au Centre européen d’étude du diabète, l’athlète prépare un diplôme universitaire dans le domaine de la nutrition sportive.

Dans ce cadre, elle suit une formation plusieurs jours par mois dans la capitale, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Elle en profite pour rejoindre l’INSEP en soirée.

Pour le reste, elle assure ses séances seule, ou avec le concours de son mari, toujours au CREPS pour ce qui est de la salle.

Athlète libérée

Et la métamorphose a opéré. « J’ai l’impression de redécouvrir l’athlé. Je suis heureuse d’aller à l’entraînement, de faire de nouveaux exercices, y compris en musculation. »

Elle se sent libérée, y compris au quotidien. En un mot, elle revit.

« Si le boulot me contraint à décaler une séance d’une heure, rien ne m’en empêche. J’ai les cartes en main et du coup, je suis encore plus consciencieuse. Je sais que si je ne fais pas l’effort, je le paye. »

Seul inconvénient, elle a du mal à savoir où elle en est. « Encore que, là, avant les championnats d’Alsace, ça va, vu que je suis à Paris cette semaine. Donc au contact des autres athlètes de son groupe d’entraînement. »

Consciente de bénéficier pour l’instant « de l’euphorie du changement », elle ne se fixe pas de limite. « Je suis dans une démarche professionnelle. Si j’ai repris, c’est pour mettre toutes les chances de mon côté et aller le plus loin possible. J’ai toujours aimé la salle. Je compte bien participer aux championnats de France avec pourquoi pas une sélection individuelle à la clé. Et cet été, il y a les mondiaux. »

Il est utile à ce stade de rappeler que les championnats d’Europe en salle ont lieu du 1 er au 3 mars à Göteborg et que Moscou accueillera les Mondiaux du 10 au 18 août.

Retour réussi pour Céline Distel-Bonnet à Bordeaux

Pour sa première course officielle depuis le 30 juin dernier, la sprinteuse colmarienne a montré qu’elle n’avait rien perdu de sa pointe de vitesse. L’athlète du PCA a terminé 5 e de la finale du 60 m en 7’’51, après avoir couru sa série en 7’’44, à un gros dixième de son record personnel (7’’32).

« Je suis satisfaite de ma rentrée, a déclaré Distel. Ma série était correcte, mais pas la finale. Je fais une faute au départ, ce qui explique le moins bon chrono. L’appréhension de la première course est passée, je suis contente. Je ne m’étais pas rendu compte que ça faisait si longtemps que je n’avais pas fait de 60 m ! » Trois ans pour être précis, le 28 février 2010 à Paris, date justement de son record sur la distance. C’est dire la marge de progression de la Strasbourgeoise de naissance, entraînée depuis la rentrée par Dimitri Démonière, ancien collaborateur de Guy Ontanon à l’INSEP.

Ce chrono de 7’’44 assure en tout cas quasiment à coup sûr à Céline Distel-Bonnet d’être du voyage à Aubière pour les « France » Elite dans trois semaines. Pour l’Euro de Göteborg, les minima qualificatifs du 60 m féminin sont fixés à 7’’27.

Documents associés
A l'affiche du PCA
14 août 2017
Les inscriptions sont ouvertes !...
27 juillet 2017 - ESR Colmar AC
... pour les catégories EA, PO et BE...
20 juillet 2017
Salle, piste, hors stade, cross, trail et montagne...
21 juin 2017
********LES GAGNANTS DE LA TOMBOLA********...
Albums photos
Partenaires

Région Grand Est

Conseil Départemental du Haut-Rhin

Caisse d'épargne d'Alsace

Ville de Colmar

Fédération Française d'Athlétisme

Ligue d'Athlétisme Région Grand Est

Comité Départemental dâ€â„¢Athlétisme du Haut-Rhin

booa constructeur archi-design