Accueil PCA » Médiathèque » Actualité »
15 juillet 2013

Championnats de France élite de Céline DISTEL

"DNA"

Distel-Bonnet à un cheveu du titre sur 100 m : une femme de parole

Céline Distel-Bonnet avait raison d’être optimiste. Après avoir battu son record personnel en série (11”31), la sprinteuse du PCA a failli terrasser la star du sprint tricolore, Myriam Soumaré. La finale du 100 m s’est jouée sur deux malheureux centièmes…

Elle fait partie de ces athlètes qui ne craignent pas d’afficher de hautes ambitions, quitte à prendre le risque de décevoir le jour J. Hier, sous le regard de plusieurs milliers de spectateurs, Céline Distel-Bonnet a bien cru pouvoir renverser une montagne, en la personne de Myriam Soumaré, championne de France en titre du 100 m.

« Ça s’est vraiment joué à une épaule… »

Créditée d’un départ fracassant, la sprinteuse du Pays de Colmar Athlétisme a fait preuve d’autorité pour maintenir son avance en tête de course, reléguant sa rivale parisienne à une humiliante 2e place.

La médaillée de bronze à l’Euro-2010 a finalement dû attendre les ultimes foulées pour sauver sa réputation, en 11”30. L’écart, deux centièmes, est infime…

« Je suis déçue, je n’ai jamais été aussi proche du sacre, a d’abord lâché Céline Distel-Bonnet, le souffle quasi-coupé. J’ai vécu une très belle course, je m’en souviendrai ! Ça s’est vraiment joué à une épaule… Je me suis battue et j’ai montré que j’étais encore là, sur une piste rapide. Je n’ai rien lâché, je me suis accrochée. Je sais que je suis très en forme, c’est pour cette raison que je n’ai pas caché que je voulais le titre. »

Myriam Soumaré n’en menait pas large, à 20 mètres de la ligne d’arrivée. Mais par orgueil sans doute, elle a refusé de le reconnaître. « J’ai bien vu que Céline était devant, mais ça ne m’a pas inquiété, assure la Francilienne. Je me suis simplement dit qu’il fallait que j’aille la chercher et qu’il était important d’aller à la bagarre jusqu’au bout. Est-elle devenue ma principale concurrente ? Je crois que c’est à elle qu’il faut poser la question ! »

« Rien à perdre » sur 200 m cet après-midi

L’Alsacienne y a déjà répondu, en répétant toute la semaine que Soumaré ne lui était pas supérieure. Ce samedi, elle l’a prouvé. « J’aurais pu être championne de France, c’est tellement dommage, rumine-t-elle. J’ai rarement abordé une course aussi confiante. »

Céline Distel-Bonnet n’a pas seulement décroché une superbe médaille d’argent, chose inédite pour elle lors de championnats de France en plein air. Elle a aussi amélioré d’un centième son record personnel en séries : 11”31 s’il vous plaît !

« J’ai du mal à m’en contenter, d’autant que je suis une éternelle insatisfaite, sourit-elle. Mais je suis fière d’avoir fait du bon boulot cette saison, dans des conditions particulières. Je m’entraîne seule. Il me faut beaucoup de force et de motivation pour me rendre tous les jours au stade. Ces deux dernières semaines ont été intenses. »

La toute fraîche vice-championne de France n’est peut-être pas encore arrivée au bout de ses émotions. Cet après-midi, sur 200 m (séries 15h30, finale 17h35), elle remettra le couvert.

« Je ne suis pas une spécialiste de cette distance, rappelle-t-elle. J’aborderai l’épreuve détendue, avec la certitude de n’avoir rien à perdre. »

Avec Céline Distel-Bonnet, on n’est jamais à l’abri d’une (bonne) surprise.


"DNA"

Céline Distel-Bonnet en panne de carburant sur 200 m : fatigue, quand tu nous tiens…

Exténuée après les efforts fournis la veille pour devenir vice-championne de France du 100m, Céline Distel-Bonnet n’est pas parvenue à rééditer semblable exploit sur 200m, hier après-midi au stade Charléty. La sprinteuse du PCA n’en a pas moins battu son record personnel en série.

L’idée lui a effleuré l’esprit. Durant les deux petites heures qui ont séparé la série de la finale du 200 m, Céline Distel-Bonnet s’est demandé si elle n’était pas sur la voie d’un nouvel exploit mémorable. Boucler le demi-tour de piste en 23’’30, records personnel et d’Alsace à la clé, ça donne de l’espoir, surtout lorsque l’on n’est pas une spécialiste de la distance. « Le pire, c’est que je n’étais pas du tout à fond. J’ai couru totalement relâchée et je n’ai même pas eu besoin de forcer, confie la sprinteuse du Pays de Colmar Athlétisme. Quand j’ai pris connaissance de mon temps, j’ai trouvé ça hallucinant ! Je n’y croyais pas… »

« Dès la sortie du virage, je me suis rendu compte que j’étais un peu juste »

La réalité a fini par rattraper la jeune femme de 26 ans, victime de « crampes » dès samedi soir. Au moment de conclure et d’affronter le top-8 du demi-tour de piste, l’Alsacienne s’est élancée avec deux boulets attachés à chacune de ses chevilles. « C’est parti assez vite et je n’avais plus de jambes, raconte-t-elle. En série, j’y suis allé doucement au début, afin de courir avec relâchement. Je voulais simplement refaire la même chose en finale, sans me crisper. Mais dès la sortie du virage, je me suis rendu compte que j’étais un peu juste. »

La championne d’Europe 2010, Myriam Soumaré, avait déjà pris la poudre d’escampette. Contrairement à la veille sur 100 m, la Parisienne n’a pas éprouvé la moindre difficulté à assumer son statut de star du sprint tricolore. Elle a accéléré, personne ne l’a revue.

Cinquième en 23’’75, Céline Distel-Bonnet assure ne pas nourrir le moindre « regret ». « Quoi que je fasse, je n’aurais pas pu terminer plus fort, avoue la nutritionniste de la SIG. De toute façon, je n’ai pas assez travaillé le 200 m cette saison. J’ai dû m’aligner quatre fois sur cette distance, en tout et pour tout. Je n’ai jamais effectué de séance spécifique. »

« Il me faut des gros meetings »

La Savernoise d’origine entend désormais se concentrer sur sa spécialité : la ligne droite. La vice-championne de France souhaite surfer sur sa forme du moment. « Il me faut des gros meetings et des pistes rapides, insiste-t-elle. Je n’ai pas spécialement envie de traverser le pays, mais je vais regarder toutes les possibilités, à l’étranger notamment. Je vis une belle année et je pense déjà aux championnats d’Europe en extérieur (programmés à Zurich en 2014, ndlr). »

Les minima pour les prochains Mondiaux (11’’17), dans un mois, sont jugés « moins accessibles » par Céline Distel-Bonnet, auréolée depuis avant-hier de son nouveau record sur 100 m (11’’31). La sprinteuse n’a qu’une ambition, après ces championnats de France Élite plus que prometteurs : refaire parler d’elle au plus vite.


"L’ALSACE"

En argent sur 100 m samedi, l’Alsacienne Céline Distel-Bonnet a payé l’enchaînement de quatre courses en deux jours aux championnats de France Elite et échoué à la 5e place de la finale du 200 m dimanche. Mais avec deux nouveaux records, son week-end parisien reste exceptionnel.

Pour une fois, elle n’a pas fait la fine bouche. Consciente que la quatrième course de son week-end à Paris avait été celle de trop, Céline Distel-Bonnet (PCA), les jambes en feu après les avoir eu de feu, n’était pas plus déçue que ça dimanche après-midi alors qu’elle venait de terminer 5e de la finale du 200 m des championnats de France Elite. Son chrono, 23’’75, loin derrière Myriam Soumaré (22’’96), ne l’a pas chagrinée non plus.

Et pour cause : la sprinteuse colmarienne, vice-championne de France samedi sur 100 m avec un nouveau record personnel en série (11’’31), avait également battu deux heures auparavant son meilleur temps en carrière sur le demi-tour de piste (23’’30, nouveau record d’Alsace). La preuve incontestable qu’elle est dans la forme de sa vie cette année.

« Mon objectif était de courir ce 200 m en étant relâchée, a détaillé la Savernoise d’origine. En série, c’est ce que j’ai fait et je bats mon record. Hallucinant ! Je me suis dit que j’allais avoir encore de l’énergie en finale mais je crois que c’était de trop. Cela dit, je n’ai pas assez travaillé le 200 m et je ne peux pas être déçue d’avoir raté la médaille. »

Ce week-end au stade Charléty est une formidable réussite pour la diététicienne strasbourgeoise qui, non contente d’y avoir couru plus vite que jamais, y a également décroché son premier podium « Elite » en plein air et fait forte impression aux responsables du relais 4x100 m de la Fédération française d’athlétisme.

« C’est une tueuse »

Djamel Boudebibah, manager des relais, a ainsi déclaré au sujet de l’Alsacienne qu’elle était « une tueuse » quand elle court avec le collectif tricolore. Si une équipe féminine de 4x100 m est retenue pour les Mondiaux de Moscou (10-18 août) - pour l’instant, ce n’est pas le cas (lire ci-contre) -, l’Alsacienne en fera assurément partie. « Je ne veux pas penser à ces championnats du monde et me faire de fausses joies, rétorque l’athlète professionnelle du PCA. Ce qui est certain, c’est que tous ces résultats me motivent déjà pour la saison prochaine, parce que les championnats d’Europe (Ndlr : à Zurich l’été prochain) seront plus accessibles pour moi, notamment sur le plan individuel. »

En attendant, Céline Distel-Bonnet va encore essayer de faire baisser le chrono sur 100 m cette saison, d’autant que la date limite de qualification pour les Mondiaux est fixée au 29 juillet. D’ici là, la jeune femme de 26 ans compte encore courir au moins deux fois, avec toujours en tête les minima (11’’17) qui l’enverraient - individuellement - à Moscou dans trois semaines. En l’état, il n’y a effectivement aucune raison de se fixer de limites.

Documents associés
A l'affiche du PCA
14 août 2017
Les inscriptions sont ouvertes !...
27 juillet 2017 - ESR Colmar AC
... pour les catégories EA, PO et BE...
20 juillet 2017
Salle, piste, hors stade, cross, trail et montagne...
21 juin 2017
********LES GAGNANTS DE LA TOMBOLA********...
Albums photos
Partenaires

Région Grand Est

Conseil Départemental du Haut-Rhin

Caisse d'épargne d'Alsace

Ville de Colmar

Fédération Française d'Athlétisme

Ligue d'Athlétisme Région Grand Est

Comité Départemental dâ€â„¢Athlétisme du Haut-Rhin

booa constructeur archi-design