Accueil PCA » Médiathèque » Actualité »
7 août 2014

DNA_Championnat d’Europe 2014 - Zurich


En Suisse, à deux heures à peine de Colmar où elle est licenciée, Céline Distel-Bonnet doublera pour la première fois 100m et 4x100m. Un énorme cap de franchi après tant d’années à batailler dans cette optique.

Jusque-là, huit fois déjà, la Savernoise a représenté la France en relais, de la Coupe d’Europe des nations à Malaga, en juin 2006, encore junior, à cette finale mondiale de l’été dernier à Moscou, qui restera dans les annales.

La France entière se souvient de ses larmes. De souffrance en raison de sa blessure. De joie, la médaille d’argent autour du coup. Le tout avant cette disqualification, justifiée sur le plan sportif, mais tellement inhumaine quant à la forme.

« Je ne me pensais pas capable d’encaisser de telles charges »

Sur le coup, on craignait qu’elle ne se relèverait pas d’une telle déception. Paradoxalement, les sprinteuses françaises ont pris conscience de leur potentiel ce jour-là. Un potentiel qu’elles ont toutes exploité depuis, l’athlète du Pays de Colmar Athlétisme en tête. Car, intérieurement, elle savait que le processus était en marche.

Aujourd’hui, dans de bonnes conditions, elle avale quasiment tous ses 100m en moins de 11”40. Aux championnats de France, mi-juillet à Reims, elle a abaissé son record de 7 centièmes (11”24) en série, en remettant une couche en finale (3e en 11”18), temps non homologué pour 0,1m/s de vent de trop. Sa progression ne doit rien au hasard.

« J’ai haussé mon niveau à l’entraînement. Je n’avais jamais autant chargé les séances et je ne me pensais d’ailleurs pas capable d’encaisser de telles charges. En musculation, j’ai soulevé du lourd comme jamais. En fait, je suis allée plus loin dans tous les domaines. »

Au quotidien, comme lors des deux semaines de stage en avril, avec trois entraînements par jour dont le premier à 7h du matin, à Ténérife.

« Selon Dimitri ( Démonière, son entraîneur depuis deux ans, NDLR ), cela aurait pu payer l’an passé déjà mais, dans la foulée des France, il avait fallu se concentrer sur le relais au détriment de l’individuel. » Le processus en marche…

« Cette année, j’ai aussi bien géré ma saison, le stress, le choix des compétitions, des déplacements. J’arrive à maturité dans ce domaine. »

Voici deux ans, après une décevante saison estivale 2012, elle est donc parvenue à s’imposer un surplus de travail lui permettant de rebondir, au moment où elle s’est pourtant le plus souvent retrouvée face à elle-même.

Le changement d’entraîneur aura constitué un tournant

« C’est quelque chose qui me convient. Et puis, je ne suis pas toujours seule. Christophe ( Bonnet, son mari, ex-sprinter ) est à mes côtés. De plus” Zek” ( Guillaume Zekri, coéquipier au PCA, même s’il a pris du recul avec la piste ) me rend de fiers services en me tirant sur des séances de 250m. »

Le changement d’entraîneur aura constitué un tournant. « Le plaisir de découvrir une autre façon de vivre, de voir l’athlétisme a beaucoup joué. Même si Pascal n’y est pour rien. »

Elle ne renie en rien l’apport de Pascal Lacombe, jusque-là son entraîneur au pôle espoirs, au CREPS de Strasbourg, celui qui l’a mené au sommet ou presque. Il était juste temps de passer à autre chose.

Il manquait un truc pour construire le dernier étage de la fusée. Visiblement, elle l’a trouvé via sa collaboration, partiellement à distance, avec Dimitri Démonière, qu’elle retrouve certains week-ends, outre les stages.

Elle entre donc dans le gotha du sprint, préférant occulter les jours d’incertitude, lorsque la Fédération a choisi de donner une dernière chance à la championne d’Europe junior Stella Akakpo de lui ravir sa place lors du meeting de Monaco le 18 juillet.

« Je suis restée concentrée sur ce que j’avais à faire, j’ai continué à m’entraîner et j’ai essayé de rester patiente. Je n’ai pas suivi le meeting monégasque. Je suis sortie avec une copine. Et les sms ont commencé à tomber. » Lui indiquant qu’Akakpo n’avait couru qu’en 11” 39. Toutefois, elle n’y a cru qu’une fois la sélection définitive sous les yeux.

« Le jour même, Dimitri m’a appelé pour me dire que d’après les sites, c’était bon, je n’étais pas encore convaincue. » Il fallait qu’elle le voit noir sur blanc. « Aujourd’hui, je n’y pense plus. Tout cet épisode n’aura été qu’un détail. »

Une mise en situation

en vue des séries

Depuis, elle a (re)mis les bouchées doubles, sous la forme d’un stage de six jours à Castres, où Dimitri Demonière, qui encadre notamment le relais 4x100m français, avait convoqué la fine fleur du sprint masculin, dans la foulée du meeting du mercredi 30 juillet.

« Nous avons effectué un rappel de force pour que la forme remonte en vue de la semaine prochaine. On en a aussi profité pour se mettre en situation en vue des séries du 100m qui sont programmées à 11h40 à Zurich. »

Réveil matinal, échauffement, 40 minutes de chambre d’appel, le tout menant à l’heure prévue. La sprinteuse s’est soumise est même rituel hier, au lendemain de son retour à Strasbourg.

La finale pour objectif

Tout est fait pour mettre toutes ses chances de son côté. « Un premier objectif est atteint. Le second sera de réussir la compétition. Même si c’est une première au niveau international, j’ai l’expérience des championnats. Il s’agira de faire la meilleure course possible à chaque tour. À la limite, il faudra battre son record à chaque fois. »

Ce jusqu’en finale, puisque telle est son ambition, elle ne s’en cache pas, même si, comme d’habitude, elle ne se préoccupera pas de ses adversaires et de leur parcours (elle possède le 10temps des engagés).

« Je ne regarde pas les start-lists, je reste dans ma bulle. Je fais ma course. »

Un état d’esprit qui lui a toujours réussi jusqu’ici, au niveau national. Et avec le dernier étage de la fusée…

LE PROGRAMME DE CÉLINE-DISTEL-BONNET. – 100m : séries mardi 12 août à 11h40, demi-finale et finale éventuelles mercredi 13 à 18h20 et 20h25 ; 4x100m : séries samedi 16 à 15h10, finale éventuelle dimanche 17 à 17h22

Documents associés
A l'affiche du PCA
16 janvier 2018
Suite de la Réunion d’information du vendredi 12/01 à 20h au stade de l’Europe de (...)...
16 janvier 2018
Résultats du Sondage !...
13 janvier 2018 - FC Guebwiller A
7 janvier 2018
Salle, piste, hors stade, cross, trail et montagne...
2 janvier 2018
Albums photos
Partenaires

Région Grand Est

Conseil Départemental du Haut-Rhin

Caisse d'épargne d'Alsace

Ville de Colmar

Fédération Française d'Athlétisme

Ligue d'Athlétisme Région Grand Est

Comité Départemental dâ€â„¢Athlétisme du Haut-Rhin

booa constructeur archi-design