Accueil PCA » Médiathèque » Actualité »
29 septembre 2014

28/09/14_Journée d’automne à Obernai La sortie du tunnel pour Jérôme Haeffler


Entre le meeting national de Colmar du 7 juin 2013 et le critérium des spécialités, hier à Obernai ? Deux ruptures du tendon d’Achille gauche et double dose de rééducation, soit une année complète. Un long calvaire.

Il y a 479 jours à Colmar, au premier jet, le tendon avait lâché. Deux mois et demi plus tard, le 19 août, rebelote. « J’étais prévenu. Le tendon a besoin de trois à quatre mois après l’opération pour se consolider. Les marches, les trottoirs, il fallait faire attention à tout. Chez moi, la route est en pente. J’ai trébuché bêtement sur un petit caillou, j’ai contracté le mollet, ça a lâché. »

« J’étais au fond du trou »

Un véritable cauchemar. « J’étais seul. Je suis resté là, prostré, pendant de longues minutes. J’ai pleuré. » On ne lui la fait pas. Il mesurait les conséquences. « Deux ans minimum pour espérer revenir au plus haut niveau. »

Et des moments terribles à vivre. « De juin à janvier, j’étais au fond du trou. En janvier encore, je boitais. » Jusqu’aux trois semaines passées au centre de rééducation à Capbreton, après quoi, il avait pu reprendre la conduite.

« On n’imagine pas les répercussions au quotidien. J’étais dépendant. » Et là à rien faire. « Impossible, ne serait-ce que de trottiner, avant le mois de juin. Je devenais fou. »

Au point de mettre de lui-même un terme à son arrêt de travail et de chercher du boulot. « Depuis le 19 mai, je suis éducateur dans une maison d’enfants à Rimbach. Cela fait du bien à la tête. Je prends du plaisir dans ce que je fais. »

La démarche a accompagné son retour, sans appréhension, sur le plan sportif. « Je ne crains pas le retour mais l’éventualité de ne pas retrouver totalement mon niveau, et dès lors, de tout arrêter. Je ne m’entraîne pas pour lancer à 70m. »

Des ambitions dès cet hiver

Sa prestation d’hier l’a plutôt rassuré, avec certes une pointe d’agacement. « À l’échauffement, j’étais relâché et j’ai lancé à 64/65m. Du coup, 60,83m ( derrière les 62,66m de Charly Guyetand de l’ANA, NDLR ), c’est frustrant. Je le sais, c’est psychologique. Dès qu’il s’agit de jets mesurés, je veux trop en faire, je me crispe. »

Coach Jacques Danail, lui, positive. « Ce fut un test grandeur nature. Il était très bien à l’échauffement. Plus de 60m avec élan réduit pour reprendre, que veut-on de plus ? Je suis sûr qu’il sera à 65m pour la Coupe de France des spécialités dans deux semaines. »

Le lanceur guebwillerois acquiesce va finalement dans ce sens et même plus loin. « Je ne suis qu’à 65/70 % de ma course d’élan. » Il est persuadé qu’il ira de mieux en mieux et, déjà, affiche des ambitions. « J’aimerais bien redevenir champion de France cet hiver. »

Cela implique bien des jets à plus de 70m... et un duel fratricide avec Jérémy Nicollin, l’autre élève de Jacques Danail, celui qui, entre temps, a repris le flambeau en 2013. « Qu’il prenne le leadership m’a forcément frustré. Mais je n’ai pas peur de lui, pas plus qu’il n’a peur de moi. Nous sommes des compétiteurs. »

Que les deux pépites puissent lutter d’égal à égal, on ne demande pas mieux.


Documents associés
A l'affiche du PCA
9 décembre 2018
Dimanche 9 décembre 2018 : 24 inscrits pour 74 entraîneurs c’est peu !...
1er décembre 2018
Salle, piste, hors stade, cross, trail et montagne...
25 novembre 2018
Invitation aux licenciés du PCA le 7/12 de 19 à 20 h 30...
21 mars 2018
et besoin de bénévoles pour la réussite de l’équipe !...
3 février 2018
Remises des récompenses lors de l’AG...
Albums photos
Partenaires

Endurance Shop

Région Grand Est

Conseil Départemental du Haut-Rhin

Caisse d'épargne d'Alsace

Ville de Colmar

Fédération Française d'Athlétisme

Ligue d'Athlétisme Région Grand Est

Comité Départemental dâ€â„¢Athlétisme du Haut-Rhin

booa constructeur archi-design