Accueil PCA » Médiathèque » Actualité »
15 août 2015

L’ALSACE_ Guebwiller, un club sur la bonne piste


La section athlétisme du FCG omnisports, à Guebwiller, se porte bien. Depuis 2-3 ans, les cadres du club maintiennent les effectifs au-dessus de 200. « Nous avons ouvert un deuxième groupe au sein de l’école d’athlé pour accueillir les 6-8 ans » , indique Johan Charpentier, le président du club. Et de préciser : « Pour encadrer les jeunes, nous avons choisi de former des athlètes, à l’image d’Anaelle Braun, capables de monter des séances variées, ludiques et décrocher quelques titres chez les moins de 12 ans. » Pour assurer l’avenir, rien de tel que d’avoir une base solide.

« Par ailleurs, depuis quatre ans, nous avons créé une section running, pour accueillir en particulier des adultes qui recherchent un entraînement structuré. C’est important aussi bien pour ceux qui visent une participation à des marathons que pour ceux qui ne veulent plus courir seuls sur la route », ajoute-t-il. Soit un dernier groupe de 20 à 25 personnes, encadré par deux entraîneurs spécifiquement formés à l’exercice. « Désormais, avec eux, nous voulons développer la notion de trail, très en vogue. » Pour cela, le club peut s’appuyer sur le regroupement de sections locales autour du PCA, le Pays de Colmar athlétisme, et des mutualisations possibles dans ce cadre. « À Colmar, Sébastien Spehler est une référence en la matière. Nous envisageons de monter des animations et des activités en s’appuyant sur son expérience » , poursuit le président, spécialiste pour sa part du disque.

L’athlétisme autrement

Plus largement, le club local aimerait ouvrir des sections « qui permettent de voir l’athlétisme autrement » que par le prisme du 100 m. Par la même occasion, il aimerait attirer un public adulte. « Ils ont des compétences et des connaissances, ils peuvent participer activement à la vie du club, voire devenir des partenaires » , insiste Johan Charpentier. Au-delà du trail, très sportif, et poussé par la Fédération française d’athlétisme, il aimerait que le club ouvre par exemple une section marche nordique. « Il y a déjà des offres localement. Il n’est pas question de prendre du public à qui que ce soit, seulement de s’appuyer sur ce qu’on sait faire pour proposer une offre spécifique. » 

Le jeune président de 36 ans a une vision assez précise de son rôle : « Je suis très investi dans les différentes instances de l’athlétisme. Mon rôle est d’impulser de nouvelles idées pour que le club se développe, d’être à l’affût des nouveautés, d’avoir une vision d’ensemble et pas section contre section, de soutenir les entraîneurs et les athlètes. C’est un travail de fond. J’ai la chance aussi de pouvoir m’appuyer sur des bénévoles sur le terrain. C’est important, un seul homme ne peut pas tout gérer. D’ailleurs ce ne serait pas bon. » Pour lui, le club doit rester ancré dans le territoire : « Je préside aussi l’Office municipal des sports de Guebwiller, ça m’épanouit car j’y rencontre des gens, je vois comment ça fonctionne ailleurs. Pour moi, grâce à l’OMS on peut tous se rendre mutuellement service et tout le monde avance. » 


Le triptyque de la réussite

Pendant que le comité tire vers le haut la structure du club, les athlètes ont à cœur de faire de même du côté des résultats. « On a de bons résultats, en particulier en saut en hauteur et dans les différents lancers » , assure Johan Charpentier. « Tout cela, c’est un triptyque : il faut des potentiels, des installations et des entraîneurs qualifiés. » Des conditions réunies dans ces disciplines, qui ont vu par exemple émerger des sportifs comme Jérôme Haeffler (champion de France Élite en javelot), Xavier Thiemann (5e au poids et 11e au disque aux championnats de France Espoirs) ou encore Lucas Hoareau (qualifié aux championnats de France minimes en hauteur).

Du côté de la course et de la longueur, la situation est plus difficile du fait de l’absence de piste digne de ce nom. « Quand on compare les effectifs de la section et les résultats, c’est sûr que ce n’est pas à la hauteur de l’investissement humain » , regrette Johan Charpentier, qui salue le travail de l’entraîneur, Didier Losser : « Les athlètes qu’il entraîne n’ont pas les mêmes conditions à l’entraînement qu’en compétition. Et malgré cela, il arrive à obtenir des résultats ! » Victor Boumaza (minimes) a ainsi terminé 2e au 200 m haies au championnat du Haut-Rhin et Victor Rothenburger (espoir) a fini 5e du 400 m au championnat d’Alsace. Les jeunes coureurs ont en effet bien du mérite et pas mal de volonté pour prendre leurs marques sur une piste sommaire, parfois impraticable quand la météo s’en mêle. Autant d’éléments qui freinent la progression des sportifs. « Sur la cendrée, les impulsions ne sont pas les mêmes que sur les revêtements synthétiques, les appuis non plus » , insiste le président.

Le projet de stade, qui est d’actualité depuis près de 20 ans, est devenu une réalité politique depuis un peu moins de 10 ans. « La nouvelle municipalité continue à porter le projet » , se réjouit le président du club. Le début des travaux est annoncé pour début janvier pour une inauguration en septembre 2016. Ce sera presque l’aboutissement d’un marathon pour l’ensemble des dirigeants du club. Ces derniers rêvent d’un revêtement de type Mondo, la mairie envisage un autre système pour limiter la facture (autour de 800 000 € HT selon un précédent devis). « Quoi qu’il en soit, c’est une nécessité. De plus, ces installations seront bénéfiques également aux scolaires et à d’autres clubs qui ont besoin de faire courir leurs sportifs. » Johan Charpentier se prend à rêver du jour où, grâce à ce stade, il pourra organiser des compétitions à Guebwiller : « Ce jour-là, nos athlètes auront la visibilité qu’ils méritent et tout le monde aura plaisir à pratiquer sur des installations correctes. » Pour le président, l’état d’esprit du club a aussi fait beaucoup dans sa réussite et sa longévité : « Ici, tout le monde s’implique et un athlète est un athlète, pas un simple numéro de licence. Mon souhait est d’entretenir la convivialité impulsée par Didier Losser, mon prédécesseur. » 

S’INSCRIRE Les inscriptions se dérouleront à compter du 1er septembre au stade de Guebwiller, les entraînements débuteront la semaine suivante. Renseignements par mail à l’adresse athletisme.guebwiller@gmail.com et sur le site www.athletisme-guebwiller.com  ;

Patrick Makowka est un entraîneur heureux. Lui qui a rejoint Guebwiller il y a moins de deux ans (il est aussi licencié et entraîneur à Raedersheim) peut se féliciter d’avoir « un bon groupe » : sept filles et un garçon, âgés de 13 à 21 ans, prêts à s’entraîner deux à trois fois par semaine, selon le calendrier des compétitions. « Mon but est de les emmener au plus haut niveau, aux championnats d’Alsace et de France. Mais déjà, il faut qu’ils viennent avec plaisir. » Le président du club d’athlétisme de Guebwiller, Johan Charpentier, est ravi : « Patrick assure une présence régulière et des entraînements structurés. C’est fondamental car la hauteur mêle la technique de course et un travail de pied. » 

Sur ce groupe, trois seulement sont licenciés à Guebwiller, les cinq autres viennent de Raedersheim, de Neuf-Brisach, des sections affiliées au PCA elles aussi. « Lucas Hoareau est un phénomène à part. Il a poussé la porte du club il y a moins d’un an avec l’envie de courir ou de sauté. Je lui ai fait faire un test et j’ai trouvé qu’il avait du pied. » La suite a donné raison à l’entraîneur : le jeune de 17 ans (cadet) a terminé 1er puis 3e aux championnats du Haut-Rhin puis d’Alsace. Seule une vilaine blessure l’a empêché de participer aux championnats de France, pour lesquels il était qualifié. « C’était la première qu’on plaçait un jeune à ce niveau » , se réjouit le président du club.

À ses côtés, il y a deux Guebwilleroises qui se sont suivies de près cette année sur les podiums : Maelys Manzoni et Marie Gallienne. La première a 14 ans et un passé de gymnaste a la chance d’être déjà très grande. La seconde a 15 ans et tire aussi son épingle du jeu en marteau et en 200 m haies. « Ils ont tous un profil différent. Maelys, en particulier, a un gros potentiel » , certifie l’entraîneur. D’ailleurs, Johan Charpentier pense déjà à l’avenir : « Mon rôle est de trouver des solutions pour qu’ils puissent continuer à progresser tout en entrant au lycée et même quand ils commencent des études supérieures. »

Documents associés
A l'affiche du PCA
13 février 2018
Venez représenter votre entreprise par groupe de 4 à 10 personnes et concourir dans 5 (...)...
10 février 2018
Venez nous rejoindre à cette grande manifestation !...
3 février 2018
Remises des récompenses lors de l’AG...
19 janvier 2018
Salle, piste, hors stade, cross, trail et montagne...
16 janvier 2018
Résultats du Sondage !...
Albums photos
Partenaires

Région Grand Est

Conseil Départemental du Haut-Rhin

Caisse d'épargne d'Alsace

Ville de Colmar

Fédération Française d'Athlétisme

Ligue d'Athlétisme Région Grand Est

Comité Départemental dâ€â„¢Athlétisme du Haut-Rhin

booa constructeur archi-design