Accueil PCA » Médiathèque » Actualité »
7 novembre 2015

08/11/15_DNA_31es Courses DNA de Colmar


Les années passent et les Kényans se succèdent au palmarès des Courses DNA de Colmar. Pour la 31e édition, la colonie africaine n’était pourtant pas très étoffée. En effet, seul Robert Kiplimo avait répondu présent, les deux favoris Duncan Kiptanui Kipkurgat et Joseph Mwange Kiilu n’ayant plus donné signe de vie la veille du départ…

Qu’à cela ne tienne, le seul coureur des hauts plateaux présent hier dans le Haut-Rhin a fait honneur à son statut. Dès le premier kilomètre, parcouru en 2’43, Kiplimo a donné le tempo d’une course qu’il a menée de bout en bout. S’il a rapidement ralenti l’allure – il était encore dans le coup à la fin de la première boucle pour chercher le record de son compatriote Titus Kirwa Komen (29’03) établi l’an dernier –, le licencié à l’Athletic Club Salonais s’est néanmoins imposé facilement dans le centre-ville colmarien.

Da Silva pas à pas

« Il y avait beaucoup de monde sur la route, surtout lors du deuxième tour (il a rattrapé les premiers retardataires à mi-course, ndlr). Mais mon temps n’est pas trop mauvais », a déclaré le vainqueur en 30’56, à dix secondes de son record établi en octobre à Avignon. « Je vais maintenant basculer sur le cross-country. Et participer à de nombreuses courses avant de repartir au Kenya, en juin prochain. »

Derrière l’intouchable fondeur, la voie était libre pour aller chercher une place sur le podium. Parti sur des bases élevées, Grégory Schmitt (AC Huningue) a finalement dû se résoudre à laisser passer Anthony Da Silva. Le Frontalier a tout de même pris la 3e place (31’39).

Quant au Strasbourgeois, il ne pouvait espérer meilleure performance. « Il n’y avait qu’un Kényan, alors il fallait en profiter. C’est parti un peu vite, mais je me suis accroché car je savais que la deuxième place était jouable, a précisé le coureur de l’ASL Robertsau, relégué à 23 secondes de la tête. L’an dernier, j’étais dans une superbe forme à cette période de l’année. Là, je reviens petit à petit. »

Une tendinite est venue couper son élan en septembre. Et après trois semaines de compétition, Da Silva a déjà pu constater quelques progrès, abaissant notamment d’une trentaine de secondes son chrono réalisé récemment à Mulhouse, où Gregory Schmitt avait d’ailleurs pris le meilleur sur lui.

« Je me suis inscrit au 10 kilomètres de Nice (le 10 janvier). J’espère que j’aurai retrouvé du rythme d’ici là. Avant ça, je vais lancer ma saison de cross. »

Chez les dames, les deux Kényanes ont logiquement, elles aussi, terminé aux deux premières places. Malgré les pavés, qu’elle n’apprécie guère, Mercyline Jeronoh (ASPTT Annecy) a claqué un respectable 34’53. Emily Jepkoech (AC Salonais) est arrivée 42 secondes plus tard. Quant à Vanessa Ouar, la Colmarienne, troisième en 36’30, elle a été exacte au rendez-vous sur ses terres.

Darcia Noguera, chef à domicile

Sur le 5 km, Guewen Garcia Noguera (PCA) s’est imposé malgré une mésaventure au départ. « Quelqu’un a pris appui sur moi et m’a arraché le dossard », a expliqué, une fois la course terminée, le gendarme colmarien. C’est donc sans son numéro et sa puce, outil essentiel pour déterminer son temps avec précision, que le récent lauréat du marathon de Colmar a franchi la ligne d’arrivée. Après quelques minutes de flottement, son chrono (15’32) a finalement été validé. « J’avais besoin de retrouver de la vitesse après le marathon. Avec les différentes relances, ce n’était pas facile. »

Fabrice Widmer (Rixheim) et Joël Loos (Avenheim) complètent le podium, respectivement en 15’44 et 15’48. Sur la course féminine, la locale Justine Schutz a été la plus rapide (18’41). Elle devance le duo du Vendenheim Athlé Amélie Mettler (18’55) – Elise Pollini (19’17).

Les jeunes entrent dans la courses

A l’heure où certains font encore la grasse matinée, d’autres avalent déjà des kilomètres de bitume. Sur un circuit décomposé en trois boucles, en plein cœur de la cité de Bartholdi.

Là, les ruelles grouillent de monde. C’est l’effervescence des grands jours. Le long des trottoirs, derrière les barrières, supporters, familles et amis se pressent et donnent de la voix. Tous sont venus encourager les coureurs : amis, parents et puis tous les autres, aussi.

Outre les 10 et 5 km, respectivement remportés par Robert Kiplimo et Guewen Garcia Noguera (voir en pages Sport), cette 31e édition des courses DNA de Colmar proposait également des épreuves "poussins" pour les enfants nés à partir de 2009. De 1, 1,5 et 2 km.

De petites distances mais déjà le désir de se surpasser pour certains participants. Et surtout l’envie de bien faire, sous les yeux attendris des centaines de spectateurs rassemblés sur le pavé.

Déjà très « pro », Aymeric reconnaît être parti « un petit peu trop vite » sur le parcours de 1 km. Un brin déçu, il estime néanmoins que la course s’est « relativement bien passée ».

Déçu, il manque le podium mais s’offre tout de même une encourageante quatrième place.

La course à pied, une affaire de famille

La course à pied, c’est aussi, le plus souvent, une histoire de famille. Un papa ou une maman qui court. Et très vite, une passion qui se transmet, se partage. Même entre frère et sœur. À l’instar de Yannis et Naomie, âgés de 9 et 12 ans.

Tous les deux satisfaits de leurs performances, ils regrettent de pas avoir pu s’encourager lorsqu’ils couraient. Et pour cause, tandis que Yannis achevait le 1,5 km, sa grande sœur était sur la ligne de départ, boulevard du Champ-de-Mars, pour le 2 km. Mais pour l’un comme pour l’autre, pas de stress.

Lorsqu’on les interroge sur leur préparation physique, ils répondent avec humour, « on ne s’entraîne pas ». Chez eux, l’art de courir est inné. Tout comme le maniement du diabolo, avec lequel Yannis s’amuse, post-course. Un moment de détente bien mérité après tant d’efforts.

Un peu plus loin, un groupe de jeunes filles rigolent. Reconnaissables à leur maillot vert, ils sont près d’une vingtaine d’élèves du collège d’Orbey à être venus à Colmar. Sur une idée originale de leur professeur d’EPS le bien nommé M. Maillot. L’objectif : « Être ensemble » expliquent les collégiens, qui ont trouvé le macadam « pas très confortable ». Mais il en fallait plus pour les priver de leur sourire...

Documents associés
A l'affiche du PCA
15 septembre 2017
Salle, piste, hors stade, cross, trail et montagne...
14 septembre 2017 - ESR Colmar AC
Les inscriptions sont ouvertes !...
7 septembre 2017 - ESR Colmar AC
Oyé oyé, tu veux te remettre en forme, alors viens rejoindre le "GROUPE RUNNING" qui reprend son (...)...
21 juin 2017
********LES GAGNANTS DE LA TOMBOLA********...
Albums photos
Partenaires

Région Grand Est

Conseil Départemental du Haut-Rhin

Caisse d'épargne d'Alsace

Ville de Colmar

Fédération Française d'Athlétisme

Ligue d'Athlétisme Région Grand Est

Comité Départemental dâ€â„¢Athlétisme du Haut-Rhin

booa constructeur archi-design